Confinement

Oui, il y a la peur.
Oui, il y a l’isolement.
Oui, il y a l’achat de panique.
Oui, il y a la maladie.
Oui, il y a même la mort.
Mais…

On dit qu’à Wuhan après tant d’années de bruit,
Vous pouvez encore entendre les oiseaux.
On dit qu’après quelques semaines de calme,
Le ciel n’est plus imprégné de smog,
Mais il est bleu, gris et clair.

On dit que dans les rues d’Assise,
Les gens chantent dans les places vides,
Laissant les fenêtres ouvertes pour que ceux qui sont seuls
puissent entendre les sons des familles autour d’eux.

On dit qu’il y a un hôtel dans l’ouest de l’Irlande,
qui offre des repas gratuits
et qui les livre à ceux qui sont confinés chez eux.
Aujourd’hui une jeune femme que je connais est occupée
à distribuer des flyers avec son numéro dans le quartier
de façon ce que les personnes âgées
puissent avoir quelqu’un à qui s’adresser.
Aujourd’hui les Eglises, les Synagogues,
les Mosquées et les Temples
se préparent à accueillir et à protéger
les sans-abri, les malades, les fatigués.

Partout dans le monde,
les gens ralentissent et réfléchissent,
Partout dans le monde
les gens regardent leurs voisins d’une nouvelle façon,
Partout dans le monde
les gens se réveillent à une nouvelle réalité :
A quel point nous sommes grands.
A quel point nous avons peu de contrôle.
A ce qui compte vraiment.
A l’Amour.

Ainsi nous prions et nous nous rappelons que
Oui, il y a la peur.
Mais il ne doit pas y avoir la haine.
Oui, il y a l’isolement
Mais il ne doit pas y avoir la solitude.
Oui, il y a les achats de panique,
Mais il ne doit pas y avoir l’avidité,
Oui, il y a la maladie,
Mais il ne doit pas y avoir la maladie de l’âme.
Oui, il y a même la mort,
Mais il peut toujours y avoir un renouveau de l’amour.

Sois responsable des choix que tu fais
quant à la façon de vivre maintenant.
Aujourd’hui, respire.
Écoute, derrière les bruits d’usine de ta panique
Les oiseaux chantent à nouveau
Le ciel se dégage,
Le printemps arrive,
Et nous sommes toujours entourés de l’Amour.
Ouvre les fenêtres de ton âme
Et même si tu ne peux pas
rejoins la place vide.
Chante.

P. Richard Hendrick, OFM

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.