Pour un service joyeux de l’évangile

Le groupe des stagiaires devant la cathédrale d’Abidjan

Pour la deuxième année, l’ICOF[1] à Abidjan a organisé deux mois de formation et de partage d’expérience, du savoir, des outils, amenant à l’enrichissement de la vie spirituelle, religieuse, pastorale, humaine et théologique des participants : prêtres, religieuses et religieux en Afrique.
Léa Ouattara et Sylvie Somé y ont participé et nous en donnent quelques flashs.


Nous étions 19 participants encadrés par trois formateurs et différents intervenants.
Le 1er juillet, la formation a commencé par une messe d’ouverture célébrée par le président de la Conférence des Supérieurs Majeurs de la Côte d’Ivoire. Quelques anciennes de l’année précédente étaient présentes.

Discernement appréciatif et joie de l’évangile

Dès le lendemain nous commencions avec le premier module sur le discernement appréciatif et la joie de l’évangile.

Le discernement appréciatif est  un processus par lequel on découvre l’invitation de Dieu dans notre vie. Il nous rend libres d’être des gens de la Parole, de chercher toujours à approfondir la compréhension du niveau de l’action de Dieu dans notre histoire d’aujourd’hui. C’est aussi un acte de foi pour permettre à la joie de la foi de commencer à s’éveiller en nous.

Le discernement appréciatif commence quand nous affirmons la bonté de Dieu, la beauté de la création et la dignité inaliénable de l’homme et de la femme créés à l’image et ressemblance de Dieu.

Puis, ensemble nous avons défini notre fil rouge pour ce parcours : « Rassemblés dans la foi en Jésus-Christ et dociles à l’Esprit-Saint, nous accueillons dans la joie la grâce du renouvellement de notre vie pour être témoins de l’amour de Dieu en vue d’un monde nouveau ». (Image ci-dessous).

Le fil rouge devenu le logo du groupe

Rêver, ça fait du bien !

Ensuite, il nous fallait rêver ce qui se réaliserait pour nous si nous accueillions tous les dons que Dieu nous donne et si nous les utilisions au maximum ; examiner ce qui doit se produire pour que le rêve devienne une réalité et enfin s’engager courageusement. Comme le disait Gandhi : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ».

Puis, chacun a choisi un symbole pour signifier à quoi il voulait ressembler durant ce temps. (Voir photo correspondante)

Notre vie de groupe

L’eucharistie était célébrée chaque jour. Chacun à notre tour, nous partagions le fruit de notre méditation à la place de l’homélie. À la fin de chaque semaine nous étions invités, pendant la messe, à partager ce qui nous avait touchés dans la semaine.

Nous avions des rencontres communautaires, des soirées récréatives et nous marquions les différents anniversaires (de naissance, de vœux, les fêtes patronales) et priions pour les personnes concernées.

Nous avions aussi des soirées culturelles durant lesquelles nous étions invités à présenter notre pays à travers son histoire, sa situation géographique, ses danses, ses mets traditionnels, des objets…

Ce temps de formation a été d’une grande richesse, et pour chacun l’occasion de relire sa vie religieuse dans toutes ses dimensions et de retourner à l’essentiel.

Léa Ouattara et Sylvie Somé

[1] ICOF  est l’acronyme anglais de « Formation Continue Inter Congrégations »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.