Archives pour la catégorie Centre Etienne Bedoin

Bonnes nouvelles du Centre Etienne Bedoin

Les futurs CP1 devant leur future école

Chers amis du Centre Etienne Bedoin,

Vous avez su par la dernière lettre du 15 février, que la collecte s’était terminée avec succès. Le premier bâtiment prend forme et, comme le disent les gens là-bas, les murs ont « poussé » ! Ils attendent maintenant le toit !

J’étais sur le point de vous annoncer la bonne nouvelle qu’une école, une paroisse et un « club » de retraités avait décidé de poursuivre la campagne à l’occasion du Carême pour financer le deuxième bâtiment : CE2, CM1, CM2… mais la pandémie de Covid 19 a stoppé ces campagnes de partage. Cela explique les mots de Sr Thérèse Millogo dans la vidéo car elle a été prise avant le confinement. Je vous la transmets tout de même car vous pourrez y écouter un vibrant merci de Sœur Thérèse Millogo pour votre générosité. Les responsables du Centre sont heureuses, les parents sont heureux ; les enfants aussi sont heureux, qui pensent déjà à leur rentrée et à venir jouer au ballon tout près de ce bâtiment !

C’est un immense merci que les Petites Sœurs de la Sainte Enfance vous adressent  !
Que Dieu vous bénisse tous.

Sr Marie Nathanaël
Petites Sœurs de la Sainte Enfance

Voici les dernières photos

Les murs ont « poussé » !
On va pouvoir poser le toit !

Jardinière dans la ville

Sœur Florence bichonne son jardin

Mousso News (Femmes modernes) est une revue du Web particulièrement dédiée aux femmes d’aujourd’hui. Sr Florence Somé a été interviewée sur son travail de maraîchage au Centre Etienne Bedoin dont voici quelques extraits.

Sœur Florence Somé est une jardinière de la ville dans l’un des secteurs périphériques de Bobo-Dioulasso, au centre Etienne Bedoin. Avec d’autres sœurs, elle s’occupe d’un jardin et produisent des aliments bios.

Sœur Florence Somé s’active à prendre soins de son jardin. Elle effectue le métier de jardinage, métier consacré généralement aux hommes au Burkina Faso.

Après l’obtention de son BAC G1, elle fait ses vœux en 2007. Sœur Florence Somé est ensuite affectée à l’ISIG (Université Aube Nouvelle) pour une formation en Finance-Comptabilité. À l’issue de deux années de formation, elle enseignera, de 2010 à 2015, à Banfora. En 2016, elle revient à l’ISIG pour la licence en comptabilité. Après l’obtention de sa licence, elle fut envoyée au centre, comme secrétaire, chargée de la gestion de l’établissement et du jardin. Amoureuse du travail, discrète, elle est une passionnée du travail de la terre : le jardinage. Elle comptabilise au moins trois années de travail dans le maraîchage dans ce centre. Elle est l’une des femmes qui contribue à la promotion de la production bio avec d’autres Sœurs du centre. 

Pendant son cursus scolaire, Sr Florence a reçu un cours en agriculture, intégré dans le programme de classe de 3e. Ces différentes formations lui ont permis d’appréhender le maraîchage et d’en connaître davantage. Elle s’occupe non seulement de la production du jardin mais aussi de son financement en raison de sa formation dans le domaine de la gestion. Sœur Florence consacre chaque jour une partie de son temps au jardin. Elle consacre généralement les soirs aux travaux des pépinières. « Toutes les sœurs du centre font un tour au jardin chaque jour si elles ont un temps libre » ajoute-t-elle. Pendant les récoltes, elles font plusieurs tours dans le jardin pendant la journée.

La superficie du jardin estimée à un hectare, leur impose de l’aide venant d’un autre jardinier et d’autres femmes. Les vacances sont un moment relax et favorable au travail du jardin, puisque la maternelle est fermée. Elles ont pour mission de mettre à la disposition des consommateurs des aliments sans produits chimiques. « Nous nutilisons pas dengrais dans le jardin, tout est fait à partir des éléments de base » a-t-elle signifié.

Au niveau du jardin des légumes sont cultivés : tomates, oignons, aubergines locales, haricots verts, poivrons, fraises etc… Le jardin est divisé en deux parties : l’une est cultivée pendant la saison pluvieuse pour les pépinières, l’autre pendant la saison sèche où est employée la technique du goutte-à-goutte. Une partie de la production est payée par la cantine de la maternelle du centre, destinée à leur propre consommation et l’autre par la vente externe.

Sr Florence, jardinière au Centre Etienne Bedoin

La jardinière confie les différentes difficultés auxquelles elles sont confrontées. Il s’agit du problème d’écoulement des produits. Selon elle, les clients trouvent le prix des produits chers. Elle souligne que ce problème sera peut-être résolu lorsque le centre aura une école primaire.

La campagne est terminée

Chers amis du Centre Etienne Bedoin,

Ça y est, la campagne est terminée !

J’ai la joie de vous annoncer que nous avons rassemblé 100 % du financement de l’école primaire (les 2 CP et le CE1). Comme vous le savez, les devis de l’école s’élèvent à 54 200 €.

Grâce à 127 généreux donateurs, 45 240 € ont été collectés sur la page projet.

Et grâce à l’extraordinaire mobilisation qui a entouré ce projet, plusieurs structures nous ont rejoints pour nous aider à compléter cette somme :

  • Une association lyonnaise en fermeture nous offre son fonds de caisse.
  • Une association d’aide au développement en Afrique prend en charge la totalité du mobilier des 3 salles de cours et du bureau du directeur.
  • Une fondation familiale a rejoint le projet ! Elle complète la somme manquante et même plus, pour apporter des améliorations substantielles au projet, notamment en installant l’électricité dans les salles de classe. Cela n’était pas prévu au budget de départ par mesure d’économie, la lumière naturelle ne manquant pas dans cette région. L’installation sera autonome, écologique et durable grâce aux panneaux solaires. Cette électricité est un vrai plus et aura l’avantage de faire tourner des ventilateurs pour soulager les élèves de la chaleur et leur permettre de mieux apprendre.

Découvrez plus bas, les dernières photos des travaux. Cette semaine, les murs ont commencé à « pousser » pour la plus grande joie de tous ! Et cela, ils vous le doivent. MERCI ! MERCI ! MERCI !

La campagne est donc désormais terminée. Je me permettrai de vous envoyer des nouvelles quand les travaux seront totalement achevés, d’ici la rentrée 2020.

De la part des Petites Sœurs de la Sainte Enfance, particulièrement de nos sœurs du Burkina Faso, de tout cœur merci pour votre investissement dans ce projet !

Que Dieu vous bénisse et vous garde.

Sœur Marie-Nathanaël
Petites Sœurs de la Sainte Enfance

Pour toute question ou information complémentaire, contactez-moi: secretariat.psse@gmail.com . 06.32.34.40.05.

Ecole Etienne Bedoin

Le projet de construction de l’école Etienne Bedoin à Bobo Dioulasso avance… L’espérance de la poursuite du projet éducatif renaît.

Nos sœurs, abandonnées par surprise de l’ONG qui devait prendre en charge la construction de l’école[1], peuvent enfin commencer la construction grâce à la mobilisation des nombreux donateurs sur CredoFunding. Mais il reste encore à collecter plus de 14  000 € pour atteindre le coût total du projet.

Rejoignez-nous vite sur CredoFunding pour apporter votre pierre. Il n’y a pas de petits dons, il n’y a que des grands cœurs qui partagent ce qu’ils peuvent, selon leurs moyens. D’avance nous vous disons merci  !

Pour tout don, un reçu fiscal sera émis par la Fondation des Monastères.

Sœur Marie Nathanaël


[1] L’ONG a cessé tout projet au Burkina Faso à cause du manque de sécurité dû au terrorisme.

Urgence Burkina

Aidez-nous à construire une école primaire !

Vous êtes nombreux à vous intéresser au projet du Centre Etienne Bedoin à Bobo Dioulasso. Mais voici que celui-ci est bloqué de façon inattendue, à la grande inquiétude des responsables du projet et des parents !

Ensemble vers l’école !

À la rentrée 2017 s’ouvraient les portes du « Centre Etienne Bedoin » (nom de notre fondateur) à Bobo-Dioulasso, une ville du sud-ouest du Burkina Faso. Un espace voulu par les sœurs de la Sainte Enfance pour les populations les plus pauvres, se situant à la périphérie de la ville ainsi qu’à la périphérie de l’existence si l’on peut dire.

Aujourd’hui, la structure fonctionne bien avec  :

  • Trois classes maternelles,
  • Une borne fontaine – indispensable dans la région – qui alimente en eau le centre et la population,
  • Une salle polyvalente qui accueille divers groupes. Celle-ci sert de chapelle chaque matin et devient église paroissiale chaque dimanche,
  • Un potager et un verger biologiques dont les produits sont vendus aux familles et aux gens du quartier.
  • Une infirmerie en construction.

Mais voilà… Une ONG qui s’était engagée à financer la construction de l’école primaire pour la rentrée prochaine s’est subitement retirée du projet en juin dernier, suite à des troubles qui ont agité le pays. Pourtant ces problèmes n’affectent pas notre quartier et nos petits élèves attendent avec impatience l’entrée au CP pour apprendre à lire !

L’inquiétude concernant la rentrée prochaine a depuis lors envahi tout le monde : les sœurs, responsables du centre, car elles n’ont plus les moyens de financer l’école primaire et les parents d’élèves dont les enfants risquent d’être privés d’école dès la rentrée prochaine. C’est pourtant l’avenir de chacun de ces enfants qui est en jeu !

Cet événement nous a fait nous tourner vers un financement participatif par le site credofunding.fr ; la page de dons sera disponible d’ici une quinzaine de jours. Pour récolter les 54. 200 € nécessaires à la construction de cette école, nous avons besoin de votre mobilisation !

D’ici quelques jours, vous recevrez un appel aux dons. Nous comptons beaucoup sur vous pour le relayer auprès de vos réseaux, vos amis et connaissances.

Vous pouvez donner dès à présent en vous rendant sur le site de la Fondation des Monastères. Assurez-vous que le projet sélectionné dans le menu déroulant est bien : « Petites Sœurs de la Sainte Enfance Ecole Etienne Bedoin (Burkina Faso Bobo Dioulasso) »
ou en envoyant un chèque à  :

Petites Soeurs de la Sainte Enfance
Projet Etienne Bedoin
12 rue Commandant Charcot
69005 LYON

Ordre du chèque  : Fondation des Monastères.
Ecrire au dos du chèque  : Ecole Burkina

Pour encourager votre générosité, les dons bénéficieront d’un reçu fiscal.

Il faut faire vite ! Le temps presse pour que l’école soit fin prête à la rentrée 2020 !

D’avance, merci à vous tous, chers amis du Burkina  !

Soeur Marie Nathanaël

La Fondation des Monastères, fondation reconnue d’utilité publique, 14 rue Brunel 75017 PARIS – 01 45 31 02 02   www.fondationdesmonasteres.org est habilitée à recevoir les dons, déductibles fiscalement, pour son œuvre de soutien charitable aux membres des communautés religieuses et monastiques de toutes confessions chrétiennes.
5 % du montant de votre don sera versé au fonds de solidarité de la Fondation des Monastères, pour aider d’autres communautés.

La Fondation des Monastères délivre systématiquement un reçu fiscal

Les informations recueillies sont à l’usage exclusif de la Fondation des Monastères et le cas échéant de la communauté d’affectation, pour vous adresser votre reçu fiscal ou des informations personnalisées. La Fondation des Monastères s’engage à ne jamais louer, échanger ou céder ces informations qui ne seront conservées que pendant la durée nécessaire au traitement. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » et à la réglementation européenne, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux informations vous concernant, en nous contactant : Fondation des Monastères, 14 rue Brunel, 75017 Paris – fdm@fondationdesmonasteres.org

Deuxième rentrée au CEB

Quelques nouveaux, encore bien timides…

En cette année scolaire 2018-2019 le Centre d’Eveil et d’Education préscolaire Etienne BEDOIN a accueilli 32 enfants en petite section et 57 en moyenne section. Des semaines avant, les sœurs, les ouvriers et les monitrices se sont activés pour que la rentrée scolaire se fasse dans les meilleures conditions. Pendant ce temps, les parents défilaient pour assurer la place à leurs enfants dans cette magnifique école tenue par les Petites Sœurs des la Sainte Enfance.

Les premiers jours de rentrée sont très mouvementés. Les monitrices accueillent les enfants. Pour les anciens se sont les retrouvailles et la joie de revenir jouer, apprendre à lire et à écrire. Pour les nouveaux c’est la découverte, certains sont curieux et font le tour des différents jeux, d’autres, par contre, sont anxieux, pleurent ou cherchent à retourner à la maison. Les monitrices usent de savoir- faire pour les retenir et les occuper utilement.

Une nouveauté de cette année : en plus de la petite et moyenne section, l’école donne la possibilité aux parents d’élèves d’inscrire leurs enfants aux journées continues. C’est-à-dire que les enfants restent à l’école après les classes jusqu’à 17 h. Ils sont nourris et gardés dans de bonnes conditions jusqu’à l’arrivée de leurs parents qui apprécient cette nouveauté.

Bonne année scolaire et pastorale à tous et à toutes.
Que l’Esprit de Jésus nous devance.
Père Etienne BEDOIN, intercède pour nous.

Sœur Odette SIMPORE

Au-revoir les petits

Les petits danseurs

Le Centre d’Éveil et d’Éducation Préscolaire Etienne Bedoin  a accueilli cette année 45 enfants, tous de la Petite Section, dont 29 garçons et 16 filles. Durant  l’année nous  avons vu une progression positive chez les enfants. Au point même que le jour où il  n’y a pas cours, certains d’entre eux demandent aux parents de les amener à l’école. Ceci est source de motivation pour les éducatrices et encourageant pour les parents qui voient leurs enfants avoir déjà le goût de l’école et surtout celui d’apprendre.

Ce mercredi 13 juin,  jour de la clôture de l’année, est différent du 2 octobre 2017,  jour de la rentrée, premier pas à l’école.

En présence des parents, des éducateurs et amis, les enfants nous ont émerveillés par des danses modernes et traditionnelles, des chants, des poésies. La fête s’est terminée par un partage fraternel.

Pour la rentrée prochaine, nous attendons les enfants de la Petite et Moyenne Section.

Vivent les vacances ! La rentrée 2018 est prévue pour le 1er octobre.

La communauté du CEB

La Vidéo :

Le projet d’aménagement de l’aire de jeux a été financé par Missio Allemagne. Missio, qui est une branche des Œuvres Pontificales Missionnaire,  assure un service de communion entre notre Église et les Églises d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et d’Océanie dans une relation d’«échange et de partage».
Les différents jeux ont été fabriqués localement, ce qui a fourni du travail aux entreprises qui les ont réalisés.

Un jardin Bio au CEB

Depuis mars 2016, l’Association des Enfants de Bobo a mis en place un jardin avec irrigation goutte à goutte. Pour une meilleure exploitation et rentabilité de ce jardin, l’association a financé également la formation d’un jardinier. Le 28 février, ce jeune reçoit une attestation de fin de formation en pratique et en théorie sur le site du jardin.

Quelle est la particularité de  ce jardin ? Le jardinier n’utilise que le fumier et particulièrement l’engrais organique fabriqué avec un mélange de fiente de poule avec de la dolomie et moins de bouse de vache qui attire les termites. Les plantes, en cas d’attaque par les parasites, sont traitées avec du piment, du tabac, de l’ail, de la poudre de graines de neem. Les légumes sont donc des légumes Bios.

Qui sont les bénéficiaires ? Nous avons des commandes de particuliers. Par exemple, une dame vient tous les 15 jours faire sa provision de légumes. Le Carmel en prend de temps en temps pour sa cantine ou la communauté. Les sœurs des communautés de passage au CEB en achètent aussi. Les parents d’élèves s’approvisionnent en petites quantités dès que les légumes sont disponibles. Les dimanches, certaines femmes s’approvisionnent après la messe.

Ce que nous entendons des clients lors de l’achat : « Vos légumes se conservent pendant longtemps ! » – « Ceux que j’achète au marché ne durent pas » –  « Le goût est différent ».

Nous vous invitons à adhérer à l’association pour soutenir ce jardin aux vertus naturelles !

Sr Thérèse MILLOGO

Un rêve devenu réalité

Le projet de Construction du Centre Etienne Bedoin après plusieurs années de réflexion, de recherches financières est devenu enfin une réalité. Le centre se situe au secteur 29 de la commune N° 7 de Bobo-Dioulasso. Un quartier périphérique de la ville qui a connu une extension rapide ces dernières années.

La voirie n’ayant pas encore tracé de route, c’est aux habitants du quartier de le faire. Pour accéder au Centre Etienne Bedoin beaucoup de détours sont nécessaires…

À présent le repérage du centre est facile : le château d’eau d’une hauteur de 14 m en est l’indicateur.

À l’intérieur de la clôture, une végétation verdoyante d’arbres divers vous accueille et l’on peut découvrir l’école maternelle, la salle polyvalente qui servira à diverses activités pour l’école et les gens du quartier, les sanitaires ; à l’est, la maison d’habitation de la communauté et à proximité une trentaine de panneaux solaires qui permettent de faire monter l’eau dans le château d’eau qui approvisionne tout le centre sans oublier la Borne fontaine qui est au service de la population.

Julienne Ouédraogo

Château d'eau
Le tout nouveau château d’eau

 

 

Première messe au CEB

messe
Salle polyvalente transformée en chapelle

En ce 2 octobre, fête des Anges gardiens, a lieu la première rentrée scolaire des « Petits anges » au Centre Etienne Bedoin. Dès 5 h 45, des fidèles chrétiens entrent dans la cour et se dirigent vers la salle polyvalente pour la première Eucharistie. Un soulagement pour plusieurs d’entre eux, qui devaient faire au moins 3 km à pied chaque dimanche pour la messe.

Cette première messe confie la rentrée de tous les scolaires ; elle est surtout une action de grâce pour la disponibilité de la salle polyvalente qui facilite le rassemblement des chrétiens de la communauté chrétienne de « Cana et Galilée ». Comme le disait le président de la communauté à la fin de la messe : « C’est une grâce car nous n’avons pas versé 5 francs pour cette salle et voilà un don de Dieu ». Quelques femmes ont animé la messe. Depuis ce 2 octobre, chaque jour nous célébrons l’Eucharistie à 6 h 15 et tous les dimanches à 8 h.

En ce mois du rosaire, les chrétiens des deux communautés se retrouvent  à 17 h dans la même salle et chaque jour le nombre de participants aux prières et à la messe augmente. Les sœurs de la communauté ont animé le premier jour du rosaire, suivront les femmes, ensuite les hommes puis les jeunes et le tour recommencera.

Après le mois du rosaire, il y aura la prière tous les mercredis soir dans la salle polyvalente. Bientôt aura lieu la célébration de la  bénédiction des locaux.

La communauté du Centre Etienne Bedoin